lundi 18 mai 2015

Ma chronique "Nos Etoiles Contraires"

Coucou à tous & toutes, 

Aujourd'hui, c'est notre rendez-vous livre. Un livre dont on a beaucoup entendu parler qui a débouché sur un film.
Allez c'est parti. ;-)


Un livre que j'ai lu il y a quelques semaines / mois à présent (mars 2015). 
Il s'agit de "Nos Étoiles Contraires" de John Green (éditions Nathan Jeunesse).


Auteur : John Green
Traduteur : Catherine Gibert
Genre : adolescent, amour, drame
Nombre de page : 336 pages
Parution : février 2013
Prix format papier : 16,90€
Prix format numérique : 12,99€
ISBN papier : 978-2-09-254303-0
ISBN numérique : 978-2-09-254308-5
Éditions : Nathan Jeunesse


"Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien à la demande de ses parents, fréquenté par d'autres jeunes malades. 
C'est là, qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate.
Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence ... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie."


"L'année de mes dix-sept ans, vers la fin de l'hiver, ma mère a décrété que je faisais une dépression. Tout ça parce que je ne sortais quasiment pas de la maison, que je traînais au lit à longueur de journée, que je relisais le même livre en boucle, que je sautais des repas et que je passais le plus clair de mon immense temps libre à penser à la mort. 

Quoi qu'on lise sur le cancer (brochures, sites Internet ou autres), on trouvera toujours la dépression parmi les effets secondaires. Pourtant, la dépression n'est pas un effet secondaire du cancer. C'est mourir qui provoque la dépression (et le cancer, et à peu près tout, d'ailleurs). Mais ma mère, persuadée que je devais être soignée, a pris rendez-vous chez mon médecin, le docteur Jim, qui a confirmé que je nageais en pleine dépression, une dépression tétanisante et tout ce qu'il y a de plus clinique. ..."

Je trouve les personnages très attachants. 
Malheureusement pour moi, je pensais verser une petite larme à la fin du récit et il n'en fût rien... 
J'ai eu pour ma part le malheur de visionner le film avant d'avoir lu le livre et, l'atmosphère liée au film m'a beaucoup plus émue que le livre (Attention il y a énormément de différences, je trouve, entre le livre et le film).

Je vais essayer de ne pas vous spoiler.

L'histoire est très émouvante c'est indéniable. Les personnages sont très attachants, ce qu'ils vivent est horrible. 
Mais je me sens comme Hazel Grace face à "Une Impériale Affliction" de Peter Van Houten, avec pleins de questions.
Qu'arrive-t-il par après à Hazel ? Qu'advient-il de ses parents ? Restent-ils ensemble ? Finit-elle ses études universitaires ? Continue-t-elle le groupe de soutient ?
Et Isaac ? Se revoient-ils ? La santé d'Hazel continue-t-elle à se dégradée ?...


Malgré toutes ces questions que je me pose après avoir fini de lire ce livre, j'ai vraiment apprécié ma lecture et je n'arrivais pas du tout à décrocher du bouquin.
Pour ne rien vous cacher, les livres suivants m'ont semblé fades tellement celui-ci était profond et prenant quelque part.

J'ai beaucoup aimé ce livre, tout comme le film d'ailleurs.
La fin du livre me laisse justement sur ma faim, avec plusieurs questions.
Livre très prenant, remplis d'espoir, d'amour mais aussi d'humour.


Et vous, avez-vous lu "Nos Étoiles Contraires" ? Qu'en avez-vous penser ? Préférez-vous le livre ou sa version cinématographique ?

A très bientôt,





"J'avais consacré le plus clair de ma vie à m'efforcer de ne pas pleurer devant les gens qui m'aimaient, je savais donc ce qu'Augustus était en train de faire. Vous serrez les dents, vous relevez la tête, vous vous dites que, s'ils vous voient pleurer, ils vont avoir mal, et que vous ne serez jamais rien d'autre que de la tristesse dans leur vie. Et, comme vous ne voulez pas qu'ils vous résument à de la tristesse, vous ne pleurez pas, vous vous dites tout ça dans votre tête en regardant le plafond, puis vous déglutissez un grand coup, même si votre gorge s'y oppose, et vous regardez la personne qui vous aime en souriant."

"Je ne suis pas très forte en maths, mais je sais une chose : il existe des nombres infinis entre 0 et 1. Il y a par exemple : 0,1 et 0,12 et 0,112 et toute une ribambelle d'autres nombres infinis. Évidemment, l'ensemble des nombres infinis compris entre 0 et 2 ou 0 et 1 000 000 est beaucoup plus important que celui compris entre 0 et 1. 
Certains infinis sont plus vastes que d'autres.
Il y a des jours, beaucoup de jours, où j'enrage d'avoir un ensemble de nombres infinis aussi réduit. Je voudrais plus de nombres que je n'ai de chances d'en avoir, et pour Augustus Waters, j'aurais voulu tellement plus de nombres qu'il n'en a eus. 
Mais, Gus, mon amour, je ne te dirai jamais assez combien je te suis reconnaissante de notre petite infinité. Je ne l'échangerais pas pour tout l'or du monde. Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j'en suis heureuse."

"Ma peur de l'oubli, c'est autre chose. J'ai peur de ne pas être en mesure de rendre quelque chose à la mesure du cadeau de la vie. 
Si ta vie ne sert pas à faire le bien, ta mort devrait au moins compenser. 
Et je crains que ma vie, comme ma mort, ne rime à rien."





John Green est né en 1977 et vit à Chicago. Son premier roman fût "Qui es-tu Alaska ?".
En 2007, John Green et son frère Hank, décident de cesser toute communication écrite et d'utiliser exclusivement des vidéos en ligne (Projet Brotherhood 2.0). 
Il est également très présent sur les réseaux sociaux où il est suivi  par plus d'un million d'internautes. 


  • Qui es-tu Alaska ?
  • Le Théorème des Katherine
  • La Face Cachée de Margo
  • Flocons d'amour
  • Will et Will
  • Nos Étoiles Contraires


Format Papier
Format Numérique

Aucun commentaire:

Publier un commentaire